vendredi 8 juillet 2011

Pour une intégration efficace du flexitarisme dans la diète des réfractaires

D'abord, excusez-moi le titre un peu scolaire de ce billet: c'est que ces temps-ci, tous les matins, et ce, durant un minimum de quatre heures, je m'installe devant mon ordinateur pour fixer mon mémoire de maîtrise. Je dis bien fixer, et non pas écrire, parce que la fixation nécessite beaucoup moins d'ardeur intellectuelle et donne beaucoup moins la nausée. Toujours est-il que j'ai sans cesse un vocabulaire scolaire qui me court dans la tête, et on voit que cela finit par affecter mon style. Mais bon, passons.

Comme nous sommes à la veille de célébrer le deuxième anniversaire de Presque végé (oui, ça s'en vient vite !), je me suis dit qu'il était temps que je réponde à l'une des questions qu'on me pose le plus souvent par rapport à mon blogue (car on m'en pose quelques unes, des fois). Et cette question, ce n'est pas: "Quelle est ta meilleure recette de marinade pour le tofu ?" ou "À quel endroit achètes-tu les cargaisons de légumineuses que tu sembles consommer ?". Ce n'est pas non plus "As-tu une bonne idée de substitut de viande dans la recette de sauce à spaghetti de ma mère ?", ni même "Combien de temps tu passes à cuisiner par semaine, coudonc ?!" (quoique cette dernière revienne assez souvent aussi). Non. La question que je me fais le plus souvent poser, tout lecteurs confondus, c'est...

"Comment tu fais pour faire manger tout ça à ton chum !?!?"

Ouais. Vraiment.

Mais je vais vous le dire. Il n'y a pas de méthode miracle, j'ai hérité d'un Chéri qui se plaint quand il ne mange pas assez de légumes (je vous passe les prétextes scatologiques qu'il invoque pour me faire la gueule quand je n'accompagne pas notre plat principal de légumes, mais sachez que ça a rapport à son transit intestinal) et qui boudait la viande quand il était bébé. Il a donc été habitué très tôt au fait de manger du tofu, des légumineuses et du poisson, et il a continué avec moi le jour où je me suis levée en me disant qu'on devait manger moins de viande. C'est même, de nous deux, le plus grand amateur de fèves et de haricots en tout genre. Je me demande même si, confronté à un t-bone contre une salade de pois chiches, il ne choisirait pas les pois. C'est tout dire.

Ça ne veut pas dire que je suis dépourvue de stratégies pour aider les gens qui sont abattus à l'idée de faire manger un peu de tofu à leurs enfants, ou de transformer leur carnisaurus en amateur de germinations. Bon, ce genre de transformation est possible, mais pas du jour au lendemain. Il faut donc un minimum d'inventivité, et beaucoup de persévérance. Mais ça marche. Je vous le dit.

Voici donc quelques bonnes attitudes à adopter.

1. La tolérante (ou comment y arriver avec un peu de bonne volonté)

La première stratégie pour convaincre votre chum de manger végé, c'est probablement de ne pas manger végé du tout. Surprenant ? Pas tant que ça. Si vous avez vraiment un carnivore convaincu dans votre lit, et que vous essayez de le changer du tout au tout du jour au lendemain, vous essuierez bien des rebuffades. De même, si vous souhaitez convaincre Chéri de manger ce que vous lui préparez, il faut aussi lui montrer que vous êtes prête à y mettre du vôtre. Donc, pour chaque bouchée de tofu consentie par votre Jules, il vous faudra aussi consentir à une bouchée de viande ou de fast-food à un autre moment de votre vie. À moins d'être strictement végétarienne, ce premier sacrifice ne devrait pas trop vous coûter, c'est, en somme, du donnant-donnant. Et assurez-vous d'y aller d'un peu de manipulation doucereusement au moment des repas: " Tu vois Chéri, moi je n'aime pas le steak plus que tu aimes le tofu, mais j'en mange. Pour te faire plaisir.".

Vlan.

(Rien ne vous empêche, au passage, d'acheter de la viande issue de l'agriculture durable pour continuer de manger selon vos valeurs en catimini).

2. La conciliatrice (ou comment y aller étapes par étapes)

On peut commencer par intégrer doucement les protéines végétales, en les combinant avec des protéines animales, en mélangeant, par exemple, des lentilles et de la viande hachée pour faire un pâté chinois, ou du poulet et du tofu dans une tourte automnale. Ou, tout simplement, en ajoutant un peu charcuterie à un plat de pâtes. Il n'y a rien de mal là-dedans. En fait, c'est probablement une stratégie vieille comme le monde, parce que c'est ce qu'on fait dans les alimentations traditionnelles, quand les protéines animales sont moins abondantes que les autres merveilles du monde végétal. Ainsi Mario Batali décrit-il l'alimentation rustique italienne dans l'introduction de son livre Molto Gusto:
Most of the proteins comes from a small portions of cured meats, cheeses and grains, with any animal protein as the flavoring and the bulk of the actual comestibles plant-based, wether lead, stalk, flower, seed or drupe.
Traduction: chez Otto (le restaurant dont il est question dans le livre), la majorité de l'apport en protéines provient d'une petite portion de charcuteries, de fromages et de céréales, qui viennent relever la saveur du plat, mais l'essentiel du repas est basé autour des végétaux. C'est pourquoi je n'hésite jamais à mettre quelques tranches de jambon cru sur une pizza aux figues si c'est la seule viande que nous mangerons dans la journée. Vous pouvez faire quelque chose de semblable avec votre Chéri. Des pâtes carbonara, c'est en majorité composé d'oeufs et de parmesan, avec une ou deux tranches de pancetta par personne. Et une salade de pois chiches au chorizo, c'est surtout des pois chiches, avec quelques morceaux de chorizo croustillant. Plus tard, vous pourrez plus facilement le convaincre qu'il aime les pois chiches si vous lui dites: "Mais oui tu aimes ça, tu en as mangé avec du chorizo l'autre fois". Et une autre fois, vous lui refilerez des carbonara végé, en remplaçant le bacon par des courgettes grillées, et vous lui rappellerez que c'était les meilleures pâtes qu'il n'avait jamais mangées.

Après tout, si c'est bon pour un Iron Chef, c'est bon pour lui !

3. La naturelle (ou le fast-food végétarien)

Je ne connais pas un homme ni un enfant au monde qui n'aime pas le macaroni au fromage (le vrai là, avec du fromage et du beurre. Beaucoup de beurre.), la poutine ou la pizza. Grâce au ciel, ce sont des aliments qui sont naturellement végétariens, et il y en a beaucoup d'autres. Donc, vous pouvez les préparer avec amour, en sachant que vous plairez à votre tablée. Et une fois tout ce petit monde servi, en train de se bourrer la face de tout leur content, insistez malicieusement sur le caractère végétarien du repas sur la table: "C'est la recette de macaroni de ta mère. Elle le faisait comme ça, sans rien mettre d'autre que fromage et du lait. C'est bon, einh, juste le fromage et le lait ?", ou encore: "Elle est bonne, einh, ma pizza méditerranéenne ? Beaucoup de fromage, comme tu l'aimes. Et pas de viande. Qui aurait cru que manger végé aurait pu être aussi bon, non ?".

Pour que cette stratégie marche, il est important de miser sur le plaisir de la nourriture, et non pas sur le caractère "santé" qu'elle pourrait revêtir. Manipulez les émotions et les souvenirs d'enfance de votre victime, vous arriverez plus facilement à vos fins.

4. La joviale (ou quand on fait semblant que ce n'est pas végé)

"Je t'ai fait quelque chose que tu vas adorer !"

C'est une phrase que j'utilisais souvent quand je soumettais mon père à des essais culinaires, avant de lui refiler, par exemple, une lasagne végétarienne avec une tombée de poireaux comme garniture et des aubergines en guise de pâtes. Je ne peux pas jurer qu'il a toujours aimé ce que je faisais (comme cette lasagne, par exemple, il l'avait détestée, et moi aussi d'ailleurs. C'était vraiment infect.), mais c'est toujours un bon préambule pour convaincre quelqu'un d'essayer quelque chose qu'il n'est pas certain d'aimer. C'est normal dans la vie d'avoir des goûts, et une bonne façon de miser juste dans l'adoption du flexitarisme, c'est de cibler le plus possible les préférences de nos cobayes. Votre chum aime les shish taouk ? Offrez-lui des falafels maison avec toutes les garnitures qu'il aime, et beaucoup, beaucoup de sauce à l'ail. Il adore fréquenter le Thaï Express près de son travail ? Allez-y pour un pad thaï traditionnel au tofu. À moins que, comme mon Chéri, ce soit un passionné des burgers de toutes sortes ? Une bonne galette de légumineuses, couverte de fromage, de mayonnaise, de cornichons et d'oignons rouges marinés et nichée dans un petit croustillant devrait faire l'affaire.

Il n'existe à peu près pas de nourriture qui ne s'adapte pas à la cuisine végétarienne. Il suffit d'un peu d'invention et d'ingéniosité.

5. La dissimulatrice (ou comment devenir une cuisinière machiavélique)

En désespoir de cause, il ne vous reste plus qu'à cacher vos expérimentations à votre Chéri et à faire comme si de rien était en espérant qu'il ne s'en rende pas compte. Le problème, c'est qu'il n'y a pas de stratégie de dissimulation qui soit sûre à 100%, surtout avec les Chéris soupçonneux. À éviter absolument: les substituts de viande déjà préparés, qui ont tous un petit goût de gruau facilement décelable pour les non-initiés (à moins d'utiliser celui du Menu Bleu Le choix du Président, mais encore...). Il y a quand même toutes sortes de façon possible de dissimuler: le tofu dans des pâtes farcies (comme les grosses coquilles) passe habituellement très bien. Réduites en purée, les légumineuses deviennent invisible dans les soupes, les trempettes ou les risottos, en plus d'offrir une texture crémeuse sans pareille. Elles sont aussi bienvenues dans les sauces crémeuses. De même, le tofu peut se cacher derrière un enrobage croustillant et une bonne sauce épaisse dans un sauté asiatique. Je connais des mères plus téméraires qui font croire à leurs enfants qu'ils sont en train de manger des pépites de poulet alors qu'ils sont en train de manger du soja. Ça peut marcher avec les plus naïfs.

C'est une façon de faire qui devra cependant être remplacée assez rapidement par une autre qui peut s'appliquer à long terme, sinon, vous devrez jouer les dissimulatrice toute votre vie, ce qui n'a rien d'emballant.

Finalement, ce qui risque le plus de vous permettre d'arriver à vos fins, c'est la patience et la communication. Personne ne change ses habitude du jour au lendemain, et il vous faudra expliquer longuement vos motivations à votre Chéri pour qu'il comprenne les implications écologiques et physiologiques de son alimentation. Et une bonne dose d'ouverture d'esprit ne fait pas de tort. Pas seulement de sa part, mais de la vôtre aussi. Ainsi régnera l'harmonie à votre table !

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Ha ha... Très charmant et brillant!

Par contre, moi ma question serait bel et bien: "Quelle sont tes meilleures recettes de marinade pour le tofu ?" ;-)
Tout le monde est tanné de mes 3 modèles standard (tamari et herbes, sauce tériaki ou à côtes levées et épices BBQ+ sauce BBQ -délice du petit dernier-)
Tiens, quelle est ta recette géniale#1 de tofu, genre que tout le monde (de 7 à 77 ans) va aimer?

J'adore ton Blog!

France

Kim a dit…

J'aime bien ces différentes méthodes (certaines plus machiavéliques que d'autres) pour convaincre l'amoureux. Honnêtement, je crois qu'il serait très difficile pour moi de le faire. N'empêche, j'intègre, chaque semaine 1ou 2 ou 3 repas végés. J'utilise des trucs qu'il aime, ça fonctionne bien.

Lilipuce a dit…

Merci pour ces trucs, j'en ai essayé quelques uns déjà, mais c'est dur de convaincre mon homme. La persévérence est la meilleure solution je crois!

Lisa a dit…

Pour les enfants, le truc c'est que 1) Ca soit naturel dans la famille et
2) Le chum se ligue pas avec les enfants comme sa blonde, m ais qu'il la supporte et mange avec (bon) coeur devant les enfants. Si un des parents n'aime pas ça, les enfants prendront exemple.

Finalement, il faut manger ce qu'on veut faire manger. Chez moi, de manger des légumes, des légumineuses était aussi naturel que manger de la viande. Donc c'est pas quelque chose qui doit demander un effort, être forçant.

Melanie A. a dit…

J'ai franchement plus de facilité à faire manger du tofu ou des légumineuses à mes petites nièces qu'à ma soeur! C'est d'ailleur bien drôle d'entendre ma petite nièce de 5 ans dire à sa mère : "arrête de chialer, goûte y au moins!".

Daiva a dit…

France: tu peux essayer le classique 3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique + 3 cuillères à soupe d'huile d'olive + oignons verts émincés + origan et basilic en quantité. Cette marinade est parfaite pour aller avec les assaisonnements italiens, c'est délicieux ! Je te suggère d'aller voir mon index et de regarder les recettes de tofu, tu en trouveras plusieurs qui sont adaptées de la cuisine traditionnelle et qui plaisent à tous.

Kim: c'est vrai que de forcer notre chum à changer ses habitudes contre son gré, ce n'est jamais une bonne idée. Tu fais bien d'y aller avec les trucs qu'il aime. ;)

Lilipuce: oui, et le renforcement positif compte aussi ! Bonne chance ;)

Lisa: absolument. Je ne m'inquiète pas pour mes enfants qui verront leur papa dévorer des pois chiches à la pelle (vraiment), mais je pense que le fait que chez nous, ma mère ne cuisinait pas le tofu ou les légumineuses fait en sorte que ça a été long avant que je les apprivoise. Mon frère refuse encore de manger quoique ce soit qui s'appelle tofu. Déprimant.

Mélanie: ahahah, c'est drôle ça quand même. J'espère que ça lui donne une bonne leçon :P

Lau a dit…

Je prend bonne note de chacune de ces techniques pour le jour où j'aurai des enfants à gaver de tofu. Mouahahahaha!

Une femme libre a dit…

Je pense que la vie de mère monoparentale n'est pas parfaite mais qu'elle comporte une belle liberté de base qu'on peut exercer à sa guise. Je suis devenue végétarienne du jour au lendemain et mes quatre enfants aussi. Ils n'ont pas eu le choix, c'est moi qui cuisine. Les plus vieux n'ont pas mangé à la maison pendant plus d'une semaine. Je n'en ai pas fait de cas. Une fois leurs petites économies épuisées ou leurs amis tannés de les inviter, ils sont revenus aux nouveaux plats de leur mère, à leur rythme. La faim faisant le reste, tout le monde est devenu végétarien dans la famille, pas nécessairement dans la joie pour tout le monde. Il ne me reste plus qu'une fille à la maison maintenant et elle mange tout ce que je fais avec appétit, quand elle est ailleurs, elle fait bien ce qu'elle veut, hein, ce n'est pas de mes affaires.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...