dimanche 5 juin 2011

Khachapuri géorgien et soupe aux tomates


Je cuisine encore ! Vraiment ! Je le dis parce que j'ai peur que vous pensiez que je vous délaisse tranquillement, puisque la fréquence de mes entrées a considérablement diminué dans les dernières semaines. Dans les faits, j'ai été très occupée avec la fin de la session au collège et le début de la session de correction au gouvernement, où j'apprends les rudiments du fonctionnariat mais aussi (surtout) le travail à temps plein, chose qui ne m'était pas arrivé depuis l'été dernier. C'est toujours un peu difficile d'embarquer dans ce train là quand on est habitué d'être à la maison quatre jours par semaine. Remarquez, je ne me plains pas: après ce gros mois d'ouvrage, je serai en vacances pour au moins six semaines. Et là, j'en aurai du temps pour cuisiner et mettre mon blogue à jour !

D'ici là, il faut quand même continuer de nourrir la maisonnée, et encore plus que jamais puisque Chéri est exactement dans la même situation que moi maintenant, et je dois prévoir cinq soirs de souper qui produiront des lunches, et qui se cuisineront assez vite pour me laisser un peu de temps pour me détendre. Pas facile la vie de grande personne ! ;)

C'est donc dans mon éternelle recherche du meilleur lunch au monde que dimanche dernier, j'ai remonté mes manches de boulangère pour cuisiner ces khachapuri. Ce sont, dans la tradition géorgienne, des pains au fromage et au yogourt. C'est un des aliments de base de la cuisine du Caucase, tellement important dans le patrimoine culinaire géorgien qu'on utilise les variations du coût de production du khachapuri pour mesurer le niveau d'inflation ! C'est ce que l'Institut des sciences économiques de l'Université de Tbilisi a appelé le Khachapuri index. Pour leurs mesures, les économistes utilisent le Imeretian khachapuri, qui ressemble à une grosse pizza, mais il existe dans les faits plus d'une douzaine de variations de ce pain plat traditionnel.

Celui que j'ai cuisiné se nomme Adjaruli khachapuri, et il est façonné en forme de bateau. La cavité ainsi formée sert à retenir la garniture au fromage, qui peut être plus ou moins généreuse, selon l'endroit où vous mangez le khachapuri. Sur les bords de la Mer Noire, on abuse du fromage, et on craque un oeuf sur le dessus du pain avant de l'enfourner. Au sortir du four, on ajoute du beurre fondu au jaune d'oeuf encore coulant, et on trempe la croûte épaisse dans le mélange ainsi obtenu. C'est un vrai repas d'hiver ! De mon côté, j'ai choisi de faire une version un peu plus légère, qu'on a accompagné d'une simplissime soupe aux tomates. Un vrai lunch de roi !


Ce qu'il vous faut:

Adjaruli khachapuri
- 2 tasses d'eau tiède (environ 40 degrés celsius)
- 1 pincée de sucre
- 2 cuillère à thé de levure sèche active
- 5 à 6 tasses de farine tout-usage non-blanchie
- 1 1/2 cuillère à thé de sel
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive

- 180 grammes de fromage de chèvre nature (une petite buchette comporte 125 grammes, ce qui devrait être suffisant si vous ajoutez un peu plus de fromage râpé)
- 60 grammes de gruyère ou de cheddar râpé (environ 2/3 tasse, un peu plus si vous avez moins de fromage de chèvre).
- 1/4 de tasse de yogourt grec nature

Soupe aux tomates
- 2 gros oignons jaunes, grossièrement haché
- 5-6 gousses d'ail, écrasées
- 2 grosses boîtes de tomates italiennes de qualité
- 1 tasse d'eau
- Sel, poivre du moulin, origan au goût
- Crème


Modus:
  • Dans un très grand bol, dissoudre la levure sèche active dans l'eau tiède. Ajouter le sucre, touiller et laisser reposer 10 minutes.
  • Ajouter 2 1/2 tasses de farine et brasser 100 fois dans le même sens pour développer le gluten.
  • Incorporer le sel et l'huile d'olive, puis ajouter la farine peu à peu, jusqu'à ce que la pâte soit moins collante (environ 2 1/2 à 3 tasses de farine).
  • Fariner un plan de travail et mettre la pâte dessus. Pétrir durant une dizaine de minutes, jusqu'à ce que la pâte soit souple, élastique et tiède.
  • Former un pâton et déposer dans un bol propre légèrement huilé. Couvrir et laisser lever jusqu'à ce que le volume ait doublé, environ 1h30.
  • Préparer la farce au fromage en combinant le fromage de chèvre, le fromage râpé et le yogourt. Saler et poivrer au goût. Réserver.
  • Lorsque la pâte est prête, déposer une pierre à pizza (ou des tuiles de céramique) dans le four et le préchauffer à 450 degrés.
  • Dégonfler la pâte doucement (pas de coup de poing cette fois !) et la remettre sur la plan de travail fariné. Diviser en quatre portions égales avec un couteau et couvrir les trois portions inutilisées.
  • Avec vos mains et/ou en vous aidant d'un rouleau à pâte, former un ovale d'environ 10 pouces de long par 5 pouces de large. Déposer 1/4 de tasse du mélange de fromage ou un peu plus (bref, diviser le mélange en quatre portions égales) au centre de l'ovale.
  • Rouler les côtés de la pâte pour former une croûte, puis presser les deux extrémités pour sceller. Le tout devrait ressembler à une petite barque remplie de fromage.
  • Répéter avec les trois autres morceaux de pâte.
  • Enfourner deux pains à la fois et cuire 12 à 15 minutes, jusqu'à ce que le fromage soit fondu et doré, et que la croûte soit ferme et croustillante.
  • Envelopper les pains d'un linge à vaisselle propre pour les garder au chaud pendant que les deux autres cuisent.
  • Servir entier, avec du beurre et de la soupe aux tomates pour tremper les morceaux de croûte.
  • Pendant que la pâte lève, préparez la soupe aux tomates: dans un grand chaudron, faire revenir l'oignon dans l'huile jusqu'à ce qu'il soit translucide. Ajouter l'ail et cuire jusqu'à ce qu'elle embaume, environ une minute.
  • Verser les deux boîtes de tomates dans le chaudron. Réduire le feu et cuire à couvert durant environ 5 minutes.
  • Ajouter environ 1/2 tasse d'eau et une choupette de crème, et réduire en purée très lisse avec le pied mélangeur. Ajouter plus d'eau au besoin (la soupe ne doit pas être trop épaisse).
  • Saler, poivrer et parsemer d'origan.
  • Servir chaud avec khachapuri.

3 commentaires:

Kim a dit…

J'adore ce pain géorgien et tu me donnes bien envie d'en faire. Assurément avec une petite soupe, ça doit être fort fort gagnant! Si j'ai bien compris, tu travaille pour le gouvernement???? Tu corriges les examens???

Melanie A. a dit…

OMG! Ce pain doit être divinement bon! C'est à essayer sans faute très bientôt.

Daiva a dit…

Kim: oui, je corrige les épreuves uniformes de français du collégial. C'est... épique. ;)

Mélanie: tu m'en donnes des nouvelles quand tu l'as essayé !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...